Saints de France

Béatifications de français au 21ème siècle

 Cliquer sur un nom pour obtenir plus de renseignements

2016  Les 10 bienheureux français martyrs du Laos de 1954 à 1969 Le 11 décembre à Vientiane
 ( 5 Missionnaires des Oblats de Marie Immaculée et 5 Prêtres des Missions Etrangères de Paris)

           Bx Père Marie-Eugène (1894-1967) le 19 novembre à Avignon

2015   Bx Louis-Edouard Cestac (1801-1868) à Bayonne


2012   Bx Louis Brisson (1817 – 1908) à Troyes

            Bx Jean-Joseph Lataste (1832-1869)  à Besançon

            Bse Mère Saint Louis (1763-1825)  à Vannes  

            Bx Pierre-Adrien Toulorge
(1757-1793) à Coutances (50)


2011   Bse Marguerite Rutan (1736-1794) à Dax(40)


2009   Bse Emilie de Villeneuve (1811-1854)
                 canonisée en 2015

2008  Bx Louis et Zélie Martin
                 canonisés en 2015

2007  Bse Marie-Céline de la présentation (1878-1897)  à Bordeaux
              à l'âge de 19 ans

           Bx Père basile Moreau (1799-1873) au Mans

2005   Bx Charles de Foucauld (1858-1916)


2004   Bx Marie-Joseph Cassant (1878-1903)

           Bx Pierre Vigne (1670-1740)


2003   Bse Sœur Rosalie Rendu (1786-1856)

           Bx Père Bonhomme (1803-1861) 


2002   Bse Hélène de Chappotin de Neuville (1839-1904)

Posté par saintsdefrance à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Avancement des causes de béatification et canonisation françaises en 2016-2015

11 décembre 2016  
béatification à Vientiane de 17 martyrs du Laos  de 1954 à 1970  dont
10 prêtres français 5 Missionnaires des Oblats de Marie Immaculée
et 5 Prêtres des Missions Etrangères de Paris :

1er décembre 2016
décret sur la reconnaissance des vertus héroïques de Mère Suzanne Aubert
(1835-1926)
religieuse lyonnaise, fondatrice des sœurs de la Compassion et missionnaire en Nouvelle-Zélande

19 novembre 2016
béatification  au parc des Expositions d'Avignon  du Vénérable Père Marie Eugène (Henri Grialou)

16 novembre 2016
ouverture de l'étape romaine du procès en béatification du  :
serviteur de Dieu Pierre Goursat (1914-1991)
Laïc,  Fondateur de la Communauté de l'Emmanuel

16 octobre 2016
Canonisations
à Rome du frère Salomon  et d'Elisabeth de la Trinité 

2 octobre 2016
ouverture de l'enquête diocésaine  du serviteur de Dieu Louis-Marie Leveil (1889- 1973)

8 juillet 2016
Promulgation d'un d'un décret concernant un miracle attribué à l'intercession du vénérable Louis-Antoine Ormières (1809-1890)

20 juin 2016
Le pape François a annoncé lors d'un consistoire ordinaire que le frère Salomon et Elisabeth de la Trinité seront canonisés à Rome le 16 octobre 2016

Promulgation d'un d'un décret concernant un miracle attribué à l'intercession du Bienheureux
Guillaume-Nicolas-Louis Leclerq (en religion: frère Salomon)

3 Mars 2016
Promulgation d'un décret concernant un miracle attribué à l'intercession de la Bienheureuse Élisabeth Catez
(
en religion: Élisabeth de la Trinité),


18 octobre 2015
Canonisation
à Rome de
Louis et Zélie Martin 

2 juillet 2015 à Caen
Ouverture officielle du procès en béatification de Léonie Martin
(1863-1941)
(Sœur de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus)

31 Mai 2015
Béatification du Père Louis-Edouard Cestac(1801-1868)

17 mai 2015
Canonisation à Rome de la bienheureuse Emilie de Villeneve

béatifiée en 2009, décret sur miracle retenu pour la canonisation : 6 décembre 2014
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par saintsdefrance à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La vocation à la sainteté

Message du Saint Père Jean Paul II
pour la 39 ème journée mondiale de prière
pour les vocations
 (extraits) 21 AVRIL 2002  

1. A vous tous «les bien-aimés de Dieu et aux saints par vocation, à vous grâce et paix de par Dieu notre Père et le Seigneur Jésus Christ» (Rm 1,7).
Ces paroles de l’apôtre Paul aux chrétiens de Rome nous introduisent au thème de la prochaine Journée Mondiale de Prière pour les Vocations: «La vocation à la sainteté».

La sainteté! Voici la grâce et le but de chaque chrétien, selon les paroles du Lévitique: «Soyez saints, car moi, Yahvé votre Dieu, je suis saint» (19,2).

Dans la Lettre apostolique Novo Millennio ineuntej’ai invité à placer «la programmation pastorale sous le signe de la sainteté», pour «exprimer la conviction que, si le Baptême fait vraiment entrer dans la sainteté de Dieu au moyen de l’insertion dans le Christ et de l’inhabitation de son Esprit, ce serait un contresens que de se contenter d’une vie médiocre, vécue sous le signe d’une éthique minimaliste et d’une religiosité superficielle...
Il est temps de proposer de nouveau à tous, avec conviction, ce ‘haut degré’ de la vie chrétienne ordinaire: toute la vie de la communauté ecclésiale et des familles chrétiennes doit mener dans cette direction» (n. 31).

Le premier devoir de l’Eglise est d’accompagner les chrétiens sur les voies de la sainteté, afin que, illuminés de l’intelligence de la foi, ils apprennent à connaître et à contempler le visage du Christ et à redécouvrir en Lui leur identité authentique et la mission que le Seigneur confie à chacun.
De cette façon, «la construction que vous êtes a pour fondations les apôtres et prophètes et pour pierre d’angle le Christ Jésus lui-même. En lui toute construction s’ajuste et grandit en un temple saint, dans le Seigneur» (Ep 2,20-21).

2. L’Eglise est «la maison de la sainteté», et la charité du Christ, répandue par l’Esprit Saint, en constitue l’âme.
En elle tous les chrétiens s’entraident pour que chacun puisse découvrir et réaliser sa propre vocation dans l’écoute de la Parole de Dieu, dans la prière, la participation assidue aux sacrements et la recherche constante du visage du Christ dans chaque frère.
De cette manière «chacun doit résolument avancer, selon ses propres dons et ressources, par la voie d’une foi vivante qui stimule l’espérance et agit par la charité» (cf. Lumen gentium, 41), tandis que l’Eglise «révèle et revit l’infinie richesse du mystère du Christ» (Christifideles laici, 55) et fait en sorte que la sainteté de Dieu entre dans chaque état de vie et dans chaque situation, afin que tous les chrétiens deviennent des ouvriers de la vigne du Seigneur et édifient le Corps du Christ.

Les familles sont appelées à jouer un rôle décisif pour l’avenir des vocations dans l’Eglise.
La sainteté de l’amour sponsal, l’harmonie de la vie familiale, l’esprit de foi avec lequel sont affrontés les problèmes quotidiens de la vie, l’ouverture aux autres, surtout aux plus pauvres, la participation à la vie de la communauté chrétienne, constituent l’ambiance adéquate pour l’écoute de l’appel divin et pour une réponse généreuse de la part des fils. 

Posté par saintsdefrance à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nombre de canonisations et de béatifications du pape François

 

 

 

              Saints

 

 

              Bienheureux

 

               2015

 

 

                9

 

                        14

 

               2014

 

 

               11

 

                       137

     (dont 124 martyrs en Corée)

 

              2013

 

               817

(dont 813 martyrs d’Otrante)

 

                      539

    (dont 522 martyrs en Espagne)

 

              Total

 

 

              837

 

                       690

( Source ) onglet  « saints »

 

Posté par saintsdefrance à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

la Communion des Saints : un trésor

 « Nous ne sommes pas des individus isolés.
Nous appartenons à un Corps Mystique, où tous ne font qu'un, parce que dirigés par une seule Tête, vivifiés par une Âme unique, et professant une même Foi.

De même qu'il est possible de greffer un morceau de peau d'un endroit du corps à un autre et de transfuser du sang d'un individu à un autre, de même, dans l'organisme spirituel de l'Eglise, il est possible de greffer des prières et de transfuser des sacrifices.

Dans sa plénitude, cette vérité chrétienne s'appelle la Communion des Saints. (…)

Il est peu de réconfort plus puissant que de se savoir englobé dans une grande association de prières et de sacrifices.

La Communion des Saints est la plus grande découverte du converti qui parvient à la plénitude de la foi lorsqu'il est adulte.

Il découvre que depuis des années, des douzaines, peut-être des centaines d'âmes ont prié spécialement pour lui, ont assiégé le ciel de leurs supplications, pour qu'il accomplisse ce petit acte d'humilité qui a fait craqué son armure d'impiété et ouvert son âme à la grâce et à la vérité de Dieu.

Chaque âme porte une étiquette avec son prix, et puisque beaucoup d'individus ne peuvent pas, ou ne veulent pas payer le prix marqué, d'autres doivent débourser à leur place.
On ne peut expliquer la conversion de certains êtres autrement que par l'intercession auprès de Dieu, dans ce monde ou dans l'autre, de parents ou d'amis qui leur ont ainsi acheté la vie éternelle... »

Mgr Fulton J. Sheen, La paix de l'âme (X), Trad. J. Biadi, Corrêa, Paris, 1955. (source)

 

Posté par saintsdefrance à 07:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Lettre du pape Grégoire IX au Roi de France Louis IX

                      du 21 octobre 1239

"Dieu, auquel obéissent les légions célestes, ayant établi ici-bas des royaumes différents, suivant la diversité des langues et des climats, a conféré à un grand nombre de gouvernements des missions spéciales pour l'accomplissement de Ses desseins.

Et comme autrefois Il préféra la tribu de Juda à celles des autres fils de Jacob et comme Il la gratifia de bénédictions spéciales, ainsi Il choisit la France, de préférence à toutes les autres nations de la terre, pour la protection de la foi catholique et pour la défense de la liberté religieuse.

Pour ce motif, la France est le Royaume de Dieu même, les ennemis de la France sont les ennemis du Christ.

De même qu'autrefois la tribu de Juda reçut d'en-haut une bénédiction toute spéciale parmi les autres fils du patriarche Jacob ;
de même le Royaume de France est au-dessus de tous les autres peuples, couronné par Dieu lui-même de prérogatives extraordinaires.
La tribu de Juda était la figure anticipée du Royaume de France.

La France, pour l'exaltation de la foi catholique affronte les combats du Seigneur en Orient et en Occident.
Sous la conduite de ses illustres Monarques, elle abat les ennemis de la liberté de l'Église.

Un jour, par une disposition divine, elle arrache la Terre Sainte aux Infidèles ; un autre jour, elle ramène l'Empire de Constantinople à l'obéissance du Siège Romain.

De combien de périls le zèle de ses Monarques a délivré l'Église !

La perversité hérétique a-t-elle presque détruit la foi dans l'Albigeois, la France ne cessera de la combattre, jusqu'à ce qu'elle ait presque entièrement extirpé le mal et rendu à la foi son ancien empire.

Rien n'a pu lui faire perdre le dévouement à Dieu et à l'Église ;
là l'Église a toujours conservé sa vigueur ;
bien plus, pour les défendre, Rois et Peuples de France n'ont pas hésité à répandre leur sang et à se jeter dans de nombreux périls...

Nos prédécesseurs, les Pontifes romains, considérant la suite non interrompue de louables services, ont, dans leurs besoins pressants, recouru continuellement à la France ;
la France, persuadée qu'il s'agissait non de la cause d'un homme mais de Dieu, n'a jamais refusé le secours demandé ;
bien plus, prévenant la demande, on l'a vue venir d'elle-même prêter le secours de sa puissance à l'Église en détresse.

Aussi, nous est-il manifeste que le Rédempteur a choisi le béni Royaume de France comme l'exécuteur spécial de Ses divines volontés ;
Il le porte suspendu autour de Ses reins, en guise de carquois ;
Il en tire ordinairement ses flèches d'élection quand, avec l'arc, Il veut défendre la liberté de l'Église et de la Foi, broyer l'impiété et protéger la justice... ".

NB : Cette lettre a été rappelée par saint Pie X, le 13 décembre 1908, lors de la béatification de Jeanne d'Arc, et reçue par le gouvernement anticlérical de l'époque, réuni à la cathédrale pour l'occasion.

Source :  http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/10/cest-arriv%C3%A9-un-21-octobre.html

 

Posté par saintsdefrance à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Canonisations de Français au 21ème siècle

      cliquer sur un nom por obtenir plus de renseignements

2016   Ste Elisabeth de la Trinité (1880-1906)  le 16 octobre

           St frère Salomon (1745-1792) le 16 octobre

2015   Sts Louis
(1823-1894)  et Zélie (1831-1877) Martin

           Ste Emilie de Villeneuve
(1811-1854)

2014   St François de Montmorency-Laval
(1623-1708), canonisation équipollente (inscription au catalogue des saints)

           Ste Marie Guyart Martin
(1599-1672), Marie de l’Incarnation, canonisation équipollente (inscription au catalogue des saints)

2013   St Pierre Favre
(1506-1546),  canonisation équipollente (inscription au catalogue des saints)

2012   St Jacques Berthieu
(1838-1896)

2009   Ste Jeanne Jugan
(1792-1879)

2007   Ste Marie-Eugénie de Jésus (Eugénie Milleret)
(1817-1898)

2006   Ste Théodore Guérin
(1798-1856)

2001   Ste Léonie Aviat
(1844-1914)



Posté par saintsdefrance à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La fête de la Toussaint : fête de tous les saints canonisés ou non

Toussaint nous invite à nous tourner vers le ciel.

Le ciel est peuplé de saints anges, des saints et de toutes les personnes qui nous ont  précédés et qui sont arrivés à la plénitude de la communion avec Dieu : « Après cela, j'ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l'Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main. »(Ap 7,9)

Certains parmi eux ont acquis sur terre une grande sainteté : « rien ne nous assure que les saints canonisés soient les plus grands » écrivait sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.
Le pape Jean-Paul II disait aux jeunes à Lyon, en 1986 : « Ce sont les saints que l'Église béatifie et canonise, mais aussi tous les saints cachés et anonymes : ils sauvent l'Église de la médiocrité, ils la réforment du dedans et ils l'entraînent vers ce qu'elle doit être. »

D’autres, ont eu un parcours plus tortueux, peut-être même ont-ils commis de grandes fautes, mais ils ont reconnus ces fautes, acceptés le pardon de Dieu et ils ont « lavés leur vêtement » : «  L'un des Anciens prit alors la parole et me dit : « Tous ces gens vêtus de blanc, qui sont-ils, et d'où viennent-ils ? »  Je lui répondis : « C'est toi qui le sais, mon seigneur. » Il reprit : « Ils viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l'Agneau. » (Ap 7,13-14)

La Sainte Trinité a pu alors les introduire dans la Cité Céleste, selon son plus cher désir.

En effet, si Dieu est le seul Saint, un Dieu trois fois saint comme le chantent au ciel les séraphins et les 4 Vivants (Is 6,3 et Ap 4,8), il a voulu nous créer pour nous associer à sa vie trinitaire, à sa sainteté.
Toutefois, nul ne peut paraître face à Lui sans être saint.
Or le péché, le mauvais usage de notre liberté, nous blesse profondément.
Mais, dans son amour et son infinie miséricorde, Dieu veut restaurer en nous son image : « Venez donc et discutons, dit le Seigneur. Si vos péchés sont comme l'écarlate, ils deviendront comme la neige. S'ils sont rouges comme le vermillon, ils deviendront blancs comme la laine » (Is 1,18). « Je suis venu appeler non pas les justes mais les pécheurs, pour qu'ils se convertissent. » (Lc 5,32)
La plus grande joie de Dieu, c’est d’arriver à restaurer notre dignité, à restaurer son image en nous et pouvoir enter en pleine communion avec nous.

En cette fête de la Toussaint, nous nous réjouissons avec Dieu pour tous ceux qui sont arrivés au bout de ce chemin qui les a conduits à rejoindre les saints anges et chanter la gloire du Dieu trois fois saint.
Ainsi Dieu a pu réaliser en eux « son rêve de sainteté », selon l’expression du roi Beaudouin.

Toussaint nous rappelle notre vocation et la communion des saints

Ces habitants du ciel nous rappellent notre vocation, le sens profond de chaque vie humaine.
Nous sommes tous appelés à quelque chose de très grand : partager la vie de Dieu, entrer dans son intimité pour les siècles des siècles.
Ce projet d’union, la Trinité souhaite le réaliser dès notre vie sur terre : « Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l'aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui » (Jn 14,23).

Dans la communion des saints, nos frères qui nous ont précédés souhaitent nous aider à ne pas passer à côté de notre vocation, pour la plus grande gloire de Dieu, le bien de nos frères et le nôtre, n’oublions donc pas de demander leur aide, de les prier.

Et le lendemain, le 2 novembre, dans cette même communion des saints, nous sommes invités à prier pour ceux qui nous ont quittés et qui ont encore à se purifier pour rejoindre la grande cohorte des anges et des saints. L’Eglise nous enseigne qu’ils ne peuvent plus rien directement pour eux mais que nous pouvons les aider par notre prière.  

Posté par saintsdefrance à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Liste de saints et causes françaises

Listes de saints, bienheureux, vénérables, serviteurs de Dieu et de personnes dont la cause de béatification est à ses débuts ou désactivée

Abréviations utilisées :

-       St pour saint (e) 
-       Bx (bse) pour bienheureux(se) 
-       Vble pour vénérable : décret sur l’héroïcité des vertus
-       SvD pour serviteur (servante) de Dieu : enquête diocésaine officiellement ouverte (voir ici)
-      Aucun titre : enquête préliminaire (constitution du dossier) ou cause actuellement désactivée...

On peut cliquer sur un nom ou une  liste ...

 Classifications chronolgiques toutes catégories :

20-21ème siècles : Liste de Saints et Causes Françaises

19ème siècle : Liste de Saints et Causes Françaises 

18ème siècle : Liste de Saints et Causes Françaises 

17ème siècle : Liste de Saints et Causes Françaises

16ème siècle : Liste de Saints et Causes Françaises  

15ème siècle : Liste de Saints et Causes Françaises          

14ème siècle : Liste de Saints et Bienheureux Français

13ème siècle : Liste de Saints et Bienheureux Français

12ème siècleListe de Saints et Bienheureux Français

11ème siècle : Liste de Saints et Bienheureux Français

10ème siècle : Liste de Saints et Bienheureux Français

  9ème siècle : Liste de Saints et Bienheureux Français

  8ème siècle : Liste de Saints et Bienheureux Français

  7ème siècle : Liste de Saints et Bienheureux Français

  6ème siècle Liste de Saints Français

  5ème siècle : Liste de Saints Français

 4ème siècle :  Liste de Saints Français

 3ème siècle Liste de Saints Français

2ème siècle Liste de Saints Français

Classification plus détaillée :

 1- Saints

            Saints Français du 20ème siècle (nombre :2Léonie Aviat , Elisabeth de la Trinité                   

            Saints Français du 19ème siècle  (nombre : 59)

            Saints Français du 18ème siècle  (nombre : 6)

           Saints Français du 17ème siècle (nombre : 21)

           Saints Français du 16ème siècle (nombre : 1) Jeanne de Valois

           Saints Français du 15ème siècle (nombre : 2)
                      Colette de Corbie - Jeanne d'Arc

2- Bienheureux

           Bienheureux Français du 20ème siècle  (nombre :22)

           Bienheureux Français du 19ème siècle  (nombre : 27)

           Bienheureux Français du 18ème siècle  (nombre : 433)

           Bienheureux Français du 17ème siècle  (nombre : 13)

           Bienheureux Français du 16ème siècle (nombre : 5)

           Bienheureux Français du 15ème siècle (nombre : 5)

3- Vénérables

         Vénérables Français du 20ème siècle  (nombre : 14)

          Vénérables Français du 19ème siècle  (nombre : 28)

          Vénérables Français du 18ème (nombre : 6)

          Vénérables Français du 17ème (nombre : 10)

          Aucun Vénérable Français du 16ème, 15ème

4- Serviteurs de Dieu

           Serviteurs de Dieu du 20ème siècle (nombre : 47)

           Serviteurs de Dieu du 19ème siècle (nombre : 64)

          Serviteurs de Dieu du 18ème siècle (nombre : 7 personnes ou groupes)      

5- Causes en début d'étude (procédure d'information)

          Procédures d'information de personnes du 20ème siècle ayant une réputation de sainteté         

6- Quelques causes du 20ème siècle ayant été introduites à Rome et actuellement désactivées ou abandonnées     (nombre : 5)

 

Remarques :

- Toutes ces peronnes sont repertoriées à la date de leur décès
                  ( dies natalis : jour de leur naissance au ciel )

- Merci de nous signaler erreurs et omissions

- Sources très diverses mais un grand merci aux deux principales sources :
                                     Cercle hagiographie
    et    Nominis

Posté par saintsdefrance à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une exposition

 

logo

 à CAILLAC  dans la vallée du Lot      
(Cahors  → Mercuès → Caillac)

Carte Caillac
A 10 km de Cahors

Un village de 700 habitants aux 5 hameaux dispersés

L'exposition se trouve au coeur du Mas de l'Eglise 

un hameau pittoresque de Caillac

 

20

 

 

50

Dans le demi sous-sol d’une  maison en pierre jouxtant l’église romane:

53A

70

  

 

80

 

L’EXPOSITION...

  • Sur 13 panneaux de feutrine verte: les médaillons des saints à travers les siècles et des repères historiques (couleur de bordure : martyrs en rouge, saintes femmes en jaune, confesseurs de la foi en vert, docteurs de l'Eglise en bleu)       
  • Sur les tables: des résumés sur la vie de chaque saint
  • Sur des panneaux de feutrine rouge: des réflexions sur la sainteté

90

100

     120

140

160

180

185

210

Exposition gratuite ouverte de juin à septembre
du mercredi au dimanche inclus : de 14h à 18h

La halte Germaneta

7, Place de l'Eglise 46140 CAILLAC

www.saintsdefrance.net

Posté par saintsdefrance à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 15 avril 2016

PAR LE SACREMENT DE RECONCILIATION JESUS VEUT OUVRIR ET GUERIR NOS CŒURS POUR NOUS FAIRE VIVRE DE SA SAINTETE

La sainteté, c’est l’union à Dieu. Mais le péché, ce mauvais usage de notre liberté, fait obstacle à cette union et blesse notre âme.
Aussi pour remédier à cette réalité, Dieu a inventé un remède, le sacrement de réconciliation, instrument de sa divine Miséricorde.

Dans l'Evangile, dans Matthieu chapitre 9, Jésus nous dit :
" Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs ".
Et dans la première épître de saint Jean chapitre 1, nous trouvons :
" Si nous disons que nous sommes sans péché, nous nous abusons nous-même, et la vérité n'est pas en nous ".

Le Catéchisme de l'Eglise Catholique explique :
" Durant sa vie publique, Jésus n'a pas seulement pardonné les péchés …il s'est mis lui-même à la table des pécheurs, geste qui exprime de façon bouleversante, à la fois le pardon de Dieu, et le retour au sein du peuple de Dieu ". 

Dans Jean chapitre 20, Jésus, après sa résurrection apparaît à ses disciples et leur dit :
 " Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, il leur seront retenus ".

 Saint Augustin écrit :
" Le commencement des bonnes œuvres, c'est la confession des œuvres mauvaises.
Tu fais la vérité et tu viens à la lumière
".


François de Sainte Marie, religieux carme, enseigne :
" Le pharisien … fait une prière mauvaise parce qu'elle cherche à voiler ses torts et à les cacher sous le manteau du bien accompli.
Le publicain, au contraire, crie à Dieu son indignité parce qu'il s'efforce d'être loyal avec lui-même.
C'est ce dernier que nous devons imiter …Cette attitude de loyauté est donc essentielle, qu'elle s'exerce sur tout un ensemble d'imperfections que notre mémoire fidèle nous aura permis de relever, qu'elle porte sur une ou deux défaillances plus nettes que nous aurons enregistrées, ou, comme cela arrive le plus souvent, sur tout cet ensemble vague d'imperfections nourries quotidiennement "
.
 

Dieu le Père nous aime tendrement. Il sait que nous sommes faibles et n'a qu'un désir, celui d'aller à la rencontre de ses enfants égarés, pour les ramener sur le chemin de la sainteté, comme nous le voyons dans la parabole de l'enfant prodigue :
" Tandis qu'il était encore loin, son père l'aperçut, et fut pris de pitié ; il courut se jeter à son cou et l'embrassa tendrement ".

Jean Vanier, fondateur des communautés de l'Arche, écrit dans son livre "La source des larmes" :
" Jésus sait que nous sommes écrasés par le poids de notre culpabilité ; il sait que nous avons besoin d'être pardonnés, que nous avons besoin d'entendre, physiquement, les mots de notre libération.
Ainsi, dans sa tendresse, Il a choisi des êtres humains, ni meilleurs ni pires que les autres, de simples êtres humains, des prêtres, avec leurs blessures, leurs fragilités, leurs richesses comme les autres, à qui Il a transmis le ministère du pardon …
C'est important de pouvoir dire à quelqu'un qui écoute en vérité, avec tendresse et compréhension, tout ce qui nous a blessé, tout ce qu'on a fait, mal fait ou refusé de faire, tout ce qu'on regrette et qui peu à peu nous emplit le cœur jusqu'à l'empêcher de battre avec espérance.
Verbaliser nos ténèbres est une expérience de libération très importante.
Plus on a été blessé ou plus on a blessé, plus on a vécu de choses difficiles, plus on se sent angoissé et coupable, plus on a douté de l'amour de Dieu, plus on s'est détourné de Lui, plus alors on a besoin de parler, de se libérer par la parole et d'entendre ensuite celui que Dieu a choisi pour cela nous dire : " Je te pardonne au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit ".

Le curé d'Ars, qui passe la plus grande partie de son temps au confessionnal, est émerveillé par la miséricorde de Dieu envers l'homme pécheur. Ecoutons-le :
 " Dans le sacrement de pénitence, Dieu nous montre et nous fait part de sa miséricorde jusqu'à l'infini "
" Nos fautes sont des grains de sable à côté de la grande montagne de la miséricorde de Dieu "
" La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordant, elle entraîne les cœurs sur son passage "
 " Il y en a qui donnent au Père Eternel un cœur dur. Oh ! non, comme ils se trompent ! Le Père Eternel, pour désarmer sa justice, a donné à son Fils un cœur excessivement bon "…"
Que c'est beau d'avoir un Père au ciel … lorsqu'Il nous voit venir, Il penche son cœur bien bas vers sa petite créature, comme un père qui s'incline pour écouter son petit enfant qui lui parle ".

Le cardinal Lustiger insiste sur les bienfaits de la confession :
" Lorsque Dieu pardonne, Il fait du pécheur une création nouvelle.
Le pardon de Dieu est une résurrection … Dieu rend à l'être humain toute sa beauté de créature, même si l'homme a été meurtri, détruit, même si demeurent les traces des plaies … Dieu, véritablement, rend la vie  … ".    

A sœur Josepha Ménendez (1890-1923), religieuse espagnole mystique qui a vécu en France les 4 dernières années de sa vie, Jésus déclare :

 « Pour l’amour des âmes, J’ai voulu leur laisser le Sacrement de Pénitence, afin de leur pardonner, non pas une fois ou deux, mais aussi souvent qu’elles auront besoin de recouvrer la grâce.
Là, Je les attends… là, Je désire qu’elles viennent se laver de leurs fautes, non avec de l’eau, mais dans mon propre Sang. (…)
« J’aime les âmes après qu’elles ont commis leur premier péché, si elles viennent Me demander humblement pardon ….
Je les aime encore, quand elles ont pleuré leur second péché et, si cela se répète, Je ne dis pas un milliard de fois, mais des millions de milliards, Je les aime et leur pardonne toujours, et Je lave, dans le même sang, le dernier comme le premier péché !

« Je ne Me lasse pas des âmes et mon Cœur attend sans cesse qu’elles viennent se réfugier en Lui, et cela d’autant plus, qu’elles sont plus misérables ! Un père n’a-t-il pas plus de soin de l’enfant malade que de ceux qui se portent bien ? (source)

A sainte Soeur Faustine (1905-1938), l’apôtre de la Miséricorde Divine, Le Seigneur dit :

      « Écris, parle de ma miséricorde. Dis aux âmes où elles doivent chercher la consolation, c’est au tribunal de la miséricorde (note: c’est à dire dans le sacrement de pénitence); c’est là qu’ont lieu les plus grands miracles qui se renouvellent sans cesse.
Point n’est besoin, pour obtenir ce miracle de faire de lointains pèlerinages, ni de faire étalage d’un quelconque cérémonial, mais il suffit de se jeter avec foi aux pieds de celui qui tient ma place, de lui dire sa misère et le miracle de la miséricorde divine se manifestera dans toute sa plénitude. Même si cette âme était en décomposition comme un cadavre, et même si humainement parlant il n’y avait plus aucun espoir de retour à la vie, et que tout semblait perdu – il n’en est pas ainsi selon Dieu, le miracle de la miséricorde divine redonnera vie à cette âme dans toute sa plénitude. Ô malheureux, qui ne profitez pas maintenant de ce miracle de la miséricorde divine; en vain vous appellerez, il sera déjà trop tard. » ( Petit Journal de Sr Faustine N° 1448)

" Ma fille, quand tu t'approches de la Sainte Confession, de cette source de ma Miséricorde, le Sang et l'Eau qui sont sortis de mon Cœur se déversent sur ton âme et l'ennoblissent.
Chaque fois que tu te confesses, plonge-toi tout entière dans ma Miséricorde avec grande confiance, pour que je puisse répandre en ton âme toutes les largesses de ma grâce.
Quand tu vas te confesser, sache que c'est moi-même qui t'attends dans le confessionnal.
Je ne fais que me cacher derrière le prêtre, mais c'est moi seul qui agis dans l'âme.
Ici, la misère de l'âme rencontre le Dieu de Miséricorde.
Dis aux âmes qu'à cette source de Miséricorde elles ne puisent qu'avec le vase de la confiance. Lorsque leur confiance est grande, il n'y a pas de borne à mes largesses.
Les torrents de ma grâce inondent les âmes humbles.
Les orgueilleux seront toujours dans la misère et la pauvreté car ma grâce se détourne d'eux pour aller vers les âmes humbles. " (Petit Journal,  1602)

Les papes insistent régulièrement sur la richesse de ce sacrement pour avancer dans l’union à Dieu :

 « Pour avancer avec une ardeur croissante dans le chemin de la vertu, Nous tenons à recommander vivement ce pieux usage introduit par l'Eglise sous l'impulsion du Saint-Esprit, de la confession fréquente, qui augmente la vraie connaissance de soi, favorise l'humilité chrétienne, tend à déraciner les mauvaises habitudes, combat la négligence spirituelle et la tiédeur, purifie la conscience, fortifie la volonté, se prête à la direction spirituelle, et, par l'effet propre du sacrement, augmente la grâce. » Pie XII, Lettre encyclique Mystici Corporis, 29 juin 1943.

 "La confession fréquente demeure une source privilégiée de sainteté, de paix et de joie".
Paul VI (Gaudete in Domino, 9 mai 1975)

 Le pape Jean Paul II, écrit : " Reconnaître son péché, et même se reconnaître pécheur, …, est le principe indispensable du retour à Dieu ".

Benoît XVI, dans son  Discours aux participants au cours annuel organisé par la Pénitencerie apostolique, 7 mars 2008 ajoute :
« Il convient qu'entre la pratique du sacrement de la Confession et une vie visant à suivre sincèrement le Christ s'instaure une sorte de "cercle vertueux" que l'on ne peut arrêter, dans lequel la grâce du sacrement soutienne et alimente l'engagement à être de fidèles disciples du Seigneur. (…)
Lorsque l'on a souvent recours au sacrement de la Réconciliation, l'aspiration à la perfection évangélique reste vivante chez le croyant.
Si cette aspiration incessante disparaît, la célébration du sacrement risque hélas de devenir quelque chose de formel qui n'a pas d'incidence sur le tissu de la vie quotidienne.
D'autre part, si, tout en étant animés par le désir de suivre Jésus, on ne se confesse pas régulièrement, on risque peu à peu de ralentir le rythme spirituel jusqu'à l'affaiblir toujours davantage et peut-être même l'éteindre. ».

Et le Pape François dans son Audience Générale 16 décembre 2015 insiste aussi sur l’importance de la confession pour bien vivre ce jubilé de la Miséricorde :

« Un signe important du jubilé est également la Confession.
S’approcher du sacrement avec lequel nous sommes réconciliés avec Dieu équivaut à faire l’expérience directe de sa miséricorde.
C’est trouver le Père qui pardonne: Dieu pardonne tout.
Dieu nous comprend également dans nos limites, il nous comprend également dans nos contradictions.
Pas seulement, avec son amour, il nous dit que c’est précisément quand nous reconnaissons nos péchés qu’il est encore plus proche et qu’il nous pousse à regarder de l’avant.
Il dit plus: que lorsque nous reconnaissons nos péchés et que nous demandons pardon, le Ciel est en fête. Jésus fait la fête! C’est Sa miséricorde: ne nous décourageons pas.
Allons de l’avant, de l’avant avec cela! »

Pour conclure, faisons notre cette réflexion de Monseigneur Gaidon ancien évêque de Cahors :
" Et nous, chrétiens du troisième millénaire, comprendrons-nous aujourd'hui que seul l'aveu du péché et l'accueil de la tendresse pourrons nous ouvrir à la merveilleuse vocation de tout baptisé …et nous permettre de prétendre à la sainteté ".

                   

Posté par saintsdefrance à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]