THERESE de l'ENFANT JESUS                                            

     Fête le 1er octobre

 Née à Alençon, en Normandie, dernière d'une famille de 9 enfants dont le père est horloger, Thérèse vit sa petite enfance heureuse.

A 4 ans et demi, elle perd sa mère.

Sous le choc, la petite Thérèse devient timide et hypersensible. La famille s'installe alors à Lisieux où Thérèse grandit dans la chaude atmosphère familiale, près de ses sœurs et de son papa.

A 9 ans, elle subit un nouveau choc quand sa grande sœur Pauline, qui remplace sa maman, entre au Carmel.

Thérèse souffre d'une grave maladie nerveuse. Elle est guérie par un sourire de la Vierge.

A 13 ans, la nuit de Noël, Thérèse, qui était jusqu'alors d'une hypersensibilité, reçoit le don de force.

A 15 ans, elle entre au Carmel de Lisieux où elle prend le nom de Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face.

Pendant 9 ans, elle mène une vie simple partagée entre son travail de lingère et de ménagère, de maîtresse des novices, et la prière.

Minée par la tuberculose, elle souffre aussi d'aridités intérieures et de solitude spirituelle.

La maladie de son père, atteint de moments de folie, l'affecte profondément. Mais elle offre toutes ses souffrances généreusement, notamment pour les missionnaires, se livrant totalement à l'amour miséricordieux de Jésus, accomplissant les actes simples de la vie quotidienne dans un amour confiant et total.

Elle meurt à 24 ans en prononçant ces mots : " Mon Dieu, je vous aime."  Peu de temps  auparavant,  elle avait promis de « passer son ciel à faire du bien sur la terre ».

Proclamée patronne des missions et patronne secondaire de la France, elle est déclarée docteur de l'Eglise par Jean Paul II.

Remarque : Pour la petite Thérèse, " la sainteté consiste en une disposition du cœur qui nous rend humbles et petits entre les bras de Dieu, conscients de notre faiblesse, et confiants jusqu'à l'audace en sa bonté de Père ".

Compléments