Abbé de l'abbaye de Saint-Thierry 

Ami de saint Bernard

Auteur mystique

Né entre 1075 et 1080 à Liège

Décédé probablement  le 8 septembre 1148 à l’abbaye de Signy

Abbé clunisien de Saint-Thierry au diocèse de Reims, il était un grand admirateur de saint Bernard dont il fut le premier biographe. Il finit par embrasser l'observance cistercienne au monastère de Signy dans les Ardennes. (Source)

Considéré comme bienheureux et fêté le 11 juillet (fête locale le 23 octobre)

Plus de renseignements :

http://voiemystique.free.fr/guillaume_de_saint_thierry.htm

Audience générale du 2 décembre 2009 de Benoît XVI sur  Guillaume de Saint-Thierry

En voici un extrait : "L'une de ses premières œuvres est intitulée De natura et dignitate amoris (La nature et la dignité de l'amour).
On y trouve exprimée l'une des idées fondamentales de Guillaume, valable également pour nous.
L'énergie principale qui anime l'âme humaine - dit-il - est l'amour.
La nature humaine, dans son essence la plus profonde, consiste à aimer.
En définitive, une seule tâche est confiée à chaque être humain : apprendre à aimer, sincèrement, authentiquement, gratuitement.
Mais ce n'est qu'à l'école de Dieu que cette tâche est remplie et que l'homme peut atteindre l'objectif pour lequel il a été créé.
Guillaume écrit en effet : « L'art des arts est l'art de l'amour... L'amour est suscité par le Créateur de la nature. L'amour est une force de l'âme, qui la conduit comme par un poids naturel vers le lieu et l'objectif qui lui est propre » (La nature et la dignité de l'amour 1, PL 184, 379).
Apprendre à aimer demande un chemin long et exigeant, qui est articulé par Guillaume en quatre étapes, correspondant aux âges de l'homme : l'enfance, la jeunesse, la maturité et la vieillesse.
Sur cet itinéraire, la personne doit s'imposer une ascèse efficace, un fort contrôle de soi pour éliminer toute affection désordonnée, toute tentation d'égoïsme, et unifier sa propre vie en Dieu, source, objectif et force de l'amour, jusqu'à parvenir au sommet de la vie spirituelle, que Guillaume définit comme « sagesse ».
En conclusion de cet itinéraire ascétique, on fait l'expérience d'une grande sérénité et douceur. Toutes les facultés de l'homme - intelligence, volonté, sentiments d'affection - reposent en Dieu, connu et aimé dans le Christ."

Liste de saints et bienheureux français du 12ème siècle