Pour entrevoir la richesse insondable de la Miséricorde Divine, méditons avec attention le Petit Journal de sœur Faustine, l’apôtre de la Divine Miséricorde, religieuse polonaise canonisée en 2000 par le pape Jean Paul II. En voici quelques extraits :

 « Le Seigneur m’accorda de nombreuses lumières dans la connaissance de Ses attributs.
Le premier attribut que le Seigneur me fit connaître - c’est Sa sainteté.
Cette sainteté est si grande que toutes les Puissances et les Forces tremblent devant Lui (...). La sainteté de Dieu se répand sur l’Église de Dieu et sur chaque âme vivant en elle - à des degrés divers. Il y a des âmes toutes pénétrées de Dieu, et il y en a qui vivent à peine.
La seconde connaissance que Dieu m’accorda - c’est Sa justice.
Sa justice est si grande et si pénétrante qu’elle atteint les choses dans leur essence et tout se présente à Lui dans sa vérité, mise à nu (...).
Le troisième attribut est l’amour et la miséricorde.

Et j’ai compris que l’amour et la miséricorde sont le plus grand attribut.
Ils unissent la créature au Créateur.
J’ai connu le suprême amour et l’abîme de sa miséricorde dans l’Incarnation du Verbe, dans Sa Rédemption, et c’est ainsi que j’ai découvert que cet attribut est le plus grand en Dieu 
» ( 180).

Que nulle âme ne doute, même si elle est la plus misérable, tant qu'elle est en vie, elle peut devenir une grande sainte, car grande est la puissance de la grâce divine.
C'est à nous à ne pas résister à l'action divine.
(283)

Et Jésus dit lui-même à sœur Faustine :

Proclame que la miséricorde est le plus grand attribut de Dieu. Toutes les œuvres de mes mains sont couronnées de miséricorde. (301)

Dis aux âmes qu'elles ne fassent pas obstacle en leur propre cœur à ma miséricorde, qui désire tant agir en elles.
Ma miséricorde est à l'œuvre dans tous les cœurs qui lui ouvrent la porte ; le pécheur comme le juste ont besoin de ma miséricorde.
La conversion comme la persévérance est une grâce de ma miséricorde.
(1577)

Que les âmes qui tendent à la perfection adorent particulièrement ma miséricorde, car l'abondance des grâces que je leur accorde découle de ma miséricorde.
Je désire que ces âmes se distinguent par une confiance illimitée en ma miséricorde.
Je m'occupe moi-même de la sanctification de ces âmes, je leur procure tout ce qui peut être nécessaire à leur sainteté.
Les grâces de ma miséricorde se puisent à l'aide d'un unique moyen – et c'est la confiance.
Plus sa confiance est grande, plus l'âme reçoit.
Les âmes d'une confiance sans borne me sont une grande joie, car je verse en elles le trésor entier de mes grâces.
Je me réjouis qu'elles demandent beaucoup, car mon désir est de donner beaucoup et de donner abondamment.
Par contre, je m'attriste si les âmes demandent peu, si elles resserrent leur cœur.
(1578)

 “... Les plus grands obstacles à la sainteté sont le découragement et l’inquiétude dénuée de fondement...
Il ne faut pas te décourager, mais t’efforcer à ce que, à la place de ton amour-propre, puisse régner mon amour.
”(1488)

Jésus veut aussi que nous devenions miséricordieux à notre tour :

Ma fille, Je désire que ton cœur soit façonné à l’exemple de mon Cœur miséricordieux. Tu dois être tout imprégnée de Miséricorde.” (167)
 
 “Je désire que tu connaisses l’Amour dont brûle mon Cœur pour les âmes...
Appelle ma Miséricorde sur les pécheurs, Je désire tant leur salut... (186)

Sois miséricordieuse envers les autres, tout comme Je le suis envers toi, et lorsque tu sentiras que tes forces faiblissent, viens à la source de la Miséricorde et fortifie ton âme; ainsi tu ne faibliras pas en chemin. (1486) 

 

Pour plus de renseignements sur ce thème si riche :

voir  le site de la congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde

Ou directement le Petit Journal  (en PDF)

Ou encore le livre  que vienne ta miséricorde  du Père Joël Guibert