lundi 6 septembre 2010

Désir et sainteté

Au fond, que désirons nous vraiment ? quels sont nos désirs profonds ?

Le désir dans la Bible

L’Ecriture insiste régulièrement sur l’importance du désir de Dieu, désir de le connaître, de l’aimer, d’être uni à Lui, Lui qui est la source de la vie et de toute sainteté.

   En voici quelques passages :

Ps 41, 2-3 « Comme un cerf altéré cherche l'eau vive,  ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu.
Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant ;  quand pourrai-je m'avancer, paraître face à Dieu ? »

Ps 62,2 « Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l'aube : mon âme a soif de toi ; après toi languit ma chair, terre aride, altérée, sans eau ».

Isaïe 26,9 : « Mon âme la nuit te désire et mon esprit, au fond de moi, te guette dès l’aurore ».

Jérémie 29,13 : « Vous me chercherez et vous me trouverez parce que vous m’aurez désiré de tout votre cœur »

Luc 11,9 : « Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte ».

Apocalypse 22,17 « L'Esprit et l'Épouse disent : « Viens ! » Celui qui entend, qu'il dise aussi : « Viens ! » Celui qui a soif, qu'il approche. Celui qui le désire, qu'il boive l'eau de la vie, gratuitement ».

Les derniers papes et le désir de sainteté

Jean Paul II dans sa lettre pour le nouveau millénaire(n°31), insiste sur le fait que le baptême a pour but la sainteté et que le désir du baptême est le désir de la sainteté :
« demander à un catéchumène : « veux-tu recevoir le baptême ? » signifie lui demander en même temps : « veux-tu devenir saint ? »

Benoit XVI dans son allocution  aux évêques du Portugal le 13 mai 2010 rappelle l’importance du désir de sainteté pour ceux qui ont le souci de l’évangélisation :
« En votre qualité de premiers évangélisateurs, il vous sera utile de connaître et de comprendre les diverses tendances sociales et culturelles, d'évaluer les carences spirituelles et de programmer efficacement les ressources pastorales ; néanmoins, ce qui est décisif, c'est de réussir à inculquer chez toute personne qui évangélise un vrai désir de sainteté, et la conscience que tout résultat dépend essentiellement de l'union avec le Christ et de l'action de son Esprit ».

Les saints et le désir de sainteté

Quant aux saints, ils ont fortement désiré la sainteté, l’union à Dieu, en voici 3 exemples :

Thérèse de l’Enfant Jésus, dans Histoire d’une âme déclare :
Vous le savez, ma Mère, j'ai toujours désiré d'être une sainte, mais hélas !, j'ai toujours constaté, lorsque je me suis comparée aux saints, qu'il y a entre eux et moi la même différence qui existe entre une montagne dont le sommet se perd dans les cieux et le grain de sable obscur foulé aux pieds des passants ;
au lieu de me décourager, je me suis dit : Le Bon Dieu ne saurait inspirer des désirs irréalisables, je puis donc malgré ma petitesse aspirer à la sainteté ;
me grandir, c'est impossible, je dois me supporter telle que je suis avec toutes mes imperfections ;
mais je veux chercher le moyen d'aller au Ciel par une petite voie bien droite, bien courte, une petite voie toute nouvelle.”

A la suite de Thérèse, un jeune rédemptoriste Vietnamien Marcel Van, a déjà en lui, à l'âge de 3 ans, le désir de devenir saint.
Adolescent, il lit l'Histoire d'une âme et fait la rencontre de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, qu'il choisit comme sœur spirituelle.
Elle lui enseigne la petite voie, ce qui fut une révélation pour Van, qui avait toujours son désir de sainteté, mais croyait que cela exigeait des prouesses extraordinaires dont il n'était pas capable.

Et  Mère Teresa aime répéter « Avec la bénédiction de Dieu, je désire, je veux être sainte »

« Le premier pas vers la sainteté est la volonté de devenir saint. A travers une volonté ferme et droite, nous aimons Dieu, nous choisissons Dieu, nous nous hâtons vers Dieu, nous L'atteignons, nous L'avons. (…)
Elle cite alors Saint Thomas : « La sainteté n'est rien d'autre qu'une ferme résolution »
Notre progrès dans la sainteté dépend de Dieu et de nous, de la grâce de Dieu et de notre volonté de devenir saint.
Nous devons avoir la vivante et authentique détermination d'atteindre la sainteté. »
 
Bienheureuse Mère Teresa (1910-1997) L'amour, un fruit toujours de saison. Éd. du Roseau, Canada, 1986.

De nos jours ce thème du "désir et sainteté "est repris par bien des prêtres divers :

Voici un extrait d’une homélie de l’abbé Christian Delarbre, curé de L’Isle Jourdain dans le Gers :
« En premier lieu, la sainteté est la réussite de l’être humain selon le plan de Dieu.
Elle est une œuvre de la grâce, c'est-à-dire un don de la puissance de Dieu.
Qui mieux que notre créateur peut savoir ce qu’est notre réussite ?
Avant d’être un effort de notre part, la sainteté est une grâce, un don.
Un don que Dieu veut faire à chacun.
La sainteté, elle est pour tous.
La sainteté ne serait pas une tâche bien difficile si nous daignions être ouverts et disponibles à la grâce de Dieu, si nous recevions avec désir les dons de Dieu.
La sainteté, notre réussite, est avant tout une affaire de désir.
Désirer Dieu plus que tout autre chose.
Nous ne sommes pas saints quand nos désirs ne sont pas orientés vers Dieu ».

L’abbé Guillaume de Tanoüarn de l’Institut du Bon Pasteur précise :
« La sainteté est une conversion du désir.
Jamais son abolition.
Le désir de Dieu, désir de vérité et donc désir vrai ou vrai désir, nous met debout et nous fait vivre, avec "une puissance" comme dirait saint Paul, une intensité que nous ne réalisons pas tant que nous restons étrangers à l'aventure (...).
La sainteté ne procède pas seulement du choix de Dieu, mais du désir qui nous oriente vers lui.
Sans ce désir, rien ne se passe. »

Mgr Xavier Echevarria, prélat de l’Opus Dei, en juillet 2010, insiste sur le fait que ce désir de sainteté doit être intégré dans la vie quotidienne, dans le travail ordinaire :
« Ce n’est qu’en plaçant le travail ordinaire en relation intime avec le désir de sainteté, que l’immense majorité des chrétiens pourra aspirer sérieusement à la plénitude de la vie chrétienne »

Dans les équipes Notre Dame, Pour l’échange en couple, le Père Caffarel proposait notamment ces sujets de réflexion :
- Écrivez chacun de votre côté ce que le mot de sainteté évoque pour vous et partagez ensuite sur ce sujet.
- Êtes-vous animés d’un désir de sainteté pour vous, pour votre conjoint ?
Ce désir est-il toujours vivant et actif en vous ou inexistant et endormi.
Pensez-vous pouvoir le réveiller et de quelle manière ?


Posté par saintsdefrance à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]