dimanche 29 mai 2011

Citations sur la sainteté ( Madeleine Delbrêl)



            Nous autres, gens ordinaires

IL y a des gens que Dieu prend et met à part.
Il y en a d'autres qu'il laisse dans la masse, qu'il ne "retire pas du monde".

Ce sont des gens qui font un travail ordinaire, qui ont un foyer ordinaire ou sont des célibataires ordinaires.
Des gens qui ont des maladies ordinaires, des deuils ordinaires.
Des gens qui ont une maison ordinaire, des vêtements ordinaires.
Ce sont les gens de la vie ordinaire.
Les gens que l'on rencontre dans n'importe quelle rue.
Ils aiment leur porte qui s'ouvre sur la rue, comme leurs frères invisibles au monde aiment la porte qui s'est refermée sur eux.

Nous autres, gens de la rue, croyons de toutes nos forces que cette rue, que ce monde où  Dieu nous a mis est pour nous le lieu de notre sainteté.

Nous croyons que rien de nécessaire ne nous y manque, car si ce nécessaire nous manquait, Dieu nous l'aurait déjà donné.                                            
                                                   Madeleine Delbrêl (1904-1964)

 

Posté par saintsdefrance à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


jeudi 30 juin 2011

Le devoir d’état ... par Madeleine Delbrêl


La  taille du paradis en nous, c’est l’accomplissement minutieux et magnanime de notre  devoir d’état.

Faire son devoir d’état, c’est accepter de rester là où on est pour que le règne de Dieu vienne jusqu’à nous et s’étende sur cette terre que nous sommes.

Quand nous faisons la volonté de Dieu, quand nous nous levons, quand nous préparons  le  repas, quand nous sortons, quand nous faisons une course, quand nous prenons notre train, nous nous enfonçons pour ainsi dire dans l’union au Seigneur en acceptant et en voulant sa volonté.

Nos petites peines, elles, sont le merveilleux moyen que nous avons d’activer, de féconder la grande peine du monde.
Rien n’est triste en ce moment comme de voir souffrir des épreuves exceptionnelles, à l’aveugle, par le monde entier.

On reconnaîtrait vite un saint dans les toutes petites peines de la vie quotidienne.
Il y mettrait une aisance, un naturel et aussi une grâce – dans les deux sens du mot – une bonne grâce qui ferait de cette petite peine une grande œuvre d’amour.

Madeleine Delbrêl, la sainteté des gens ordinaires, Nouvelle Cité, p.33 à 41 (extraits)

Posté par saintsdefrance à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,