samedi 17 décembre 2011

L'Avent et Noël

        extrait de :  le mystère de Noël , conférence d'Edith Stein, Janvier 1931



Quand les jours se font courts, quand les premiers flocons d'un véritable hiver se mettent à tomber, timidement, silencieusement montent en nous les premières pensées de Noël.

De ce simple mot se dégage un tel charme que nul cœur ne peut lui résister.

Même les fidèles d'une autre foi, les incroyants, ceux pour qui l'histoire de l'enfant de Bethléem ne signifie rien, se préparent à la fête et se demandent comment, ce jour-là, faire jaillir autour d'eux une étincelle de joie.

C'est déjà des semaines, des mois à l'avance, comme un chaud courant d'amour qui se répand sur la terre.
La fête de l'amour et de la joie - c'est bien cela, l'étoile vers laquelle tous marchent en ce début d'hiver.

Mais pour le chrétien, surtout le chrétien catholique, Noël est encore autre chose.

C'est à la crèche que l'étoile le conduit, à l'Enfant qui apporte la paix à la terre.

C'est ce que l'art chrétien nous dépeint en tant d'images émouvantes, et que nous chantent de vieilles mélodies, toutes pleines de la magie de l'enfance.

Dans le cœur de celui qui vit avec l'Église, les cloches du Rorate et les chants de l'Avent réveillent une saine nostalgie; et celui à qui s'est ouverte l'inépuisable source de la liturgie entend jour après jour le grand prophète de l'Incarnation marteler ses exhortations et ses promesses :
Cieux, répandez d'en haut votre rosée, et que les nuées fassent pleuvoir leJuste. Le Seigneur approche! Adorons-le! Viens Seigneur, ne tarde pas! - Jérusalem, crie ta joie car ton Sauveur vient à toi!

Du 17 au 24 décembre, ce sont ensuite les grandes antiennes "O" du Magnificat :
O Sagesse, O Adonaï, O Fils de la race de Jessé, O Clé de la Cité de David, O Orient, O Roi des Nations qui, avec une ardeur et une ferveur grandissantes, lancent leur appel : Viens pour nous sauver.

Et toujours plus pressante, retentit la promesse : Voyez, tout est accompli, et finalement : Sachez aujourd'hui que le Seigneur vient, et demain vous le verrez dans sa gloire.

Lors de la veillée, quand scintille l'arbre de lumière et que s'échangent les cadeaux, le désir inassouvi d'une autre lumière monte en nous, jusqu'à ce que sonnent les cloches de la messe de minuit et que se renouvelle, sur des autels parés de cierges et de fleurs, le miracle de Noël.

Et le Verbe s'est chair.

Nous voilà parvenus à l'instant bienheureux où notre attente est comblée.

                                                  

source : http://oralaboraetlege.blogspot.com/2009/12/le-mystere-de-noel-conference-dedith.html 

 

Posté par saintsdefrance à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :