dimanche 3 mai 2009

Saint AUGUSTE CHAPDELAINE 1814-1856

 

AUGUSTE CHAPDELAINE                  Fête 28-29 février

Né à la Rochelle-Normande, dans la Manche, Auguste est le dernier d'une famille de cultivateurs de 9 enfants.

A 20 ans seulement, il obtient de ses parents la permission d'entrer au séminaire en classe de  5ième !

Prêtre, il entre, 7 ans après, dans la Société des Missions Etrangères.

Envoyé en Chine, il est arrêté au bout de 10 jours et relâché au bout de 3 semaines.

Il peut pendant 2 ans exercer son ministère avant d'être de nouveau arrêté avec 25 chrétiens.

Il reçoit 300 coups de bâton, puis 300 coups de semelle sur les joues.

Il est ensuite condamné au supplice de la cage, lente strangulation, destinée aux grands criminels.

Peu de temps avant de mourir, il avait dit à ses chrétiens :
   "Il vous est utile que votre pasteur meure pour vous".

Compléments

Posté par saintsdefrance à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


St JEAN-MARIE VIANNEY, curé d'Ars 1786-1859

JEAN MARIE VIANNEY      Fête le 4 août

Né à Dardilly, prés de Lyon, d'une famille de cultivateurs, Jean-Marie entre tardivement au séminaire et a de grosses difficultés pour apprendre le Latin.

II est finalement ordonné prêtre à l'âge de 29 ans, car son évêque est touché par sa dévotion envers Marie.

Jean-Marie arrive à Ars à 32 ans et y reste 41 ans.

Il n'a qu'un seul souci : ramener à Dieu toutes les âmes qui lui sont confiées.

Il multiplie pour cela prières et pénitences. Il passe la majeure partie de son temps au confessionnal où les foules se pressent.

Tourmenté par le démon, surtout à la veille de grandes conversions, il le fait fuir par son humilité.

Il meurt d'épuisement à 73 ans.

Il a dit entre autres :

" Que la pensée de la présence de Dieu est douce et consolante …. C'est un avant goût du ciel ! "

et aussi :

"Que fait Notre Seigneur dans le Tabernacle …
Il sort de son Cœur une transpiration de tendresse et de miséricorde pour noyer les péchés du monde …
Il attend que nous allions lui dire nos besoins et le recevoir …
Il veut que nous ayons le bonheur de le trouver toutes les fois que nous voudrons le chercher …
le Tabernacle est le garde-manger de nos âmes
".

Jean Marie, modeste curé d'un petit village, est proclamé par l'Eglise en 1925 patron des curés du monde entier.

Compléments

Posté par saintsdefrance à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

St EUGÈNE DE MAZENOD 1782-1861

 EUGENE de MAZENOD           Fête le 21 mai

Né à Aix en Provence, Eugène émigre 10 ans en Italie avec son père pendant la Révolution.

De retour en France, ses parents se séparent.
Sa mère pousse Eugène à faire un riche mariage. Cette idée le séduit momentanément.

Cependant il est touché par la situation désastreuse de l'Eglise de France et l'appel au sacerdoce se manifeste en lui. Il entre au séminaire de Saint-Sulpice.

Prêtre, il retourne à Aix où il se fait le pasteur des pauvres et des petits.

Il fonde une association de prêtres, les missionnaires de Provence, qui deviendront les Oblats de Marie Immaculée.

Il devient évêque de Marseille et défend avec force les intérêts de l'Eglise face au gouvernement.

Il revivifie son diocèse, fait édifier Notre Dame de la Garde et envoie des missionnaires dans le monde entier, notamment chez les Esquimaux.

Au moment de sa mort, Eugène laisse cet ultime recommandation :
"Entre vous, pratiquez bien la charité ! la charité, la charité ! et dans le monde, le zèle pour les âmes ! ".

Grâce aux Oblats de Marie Immaculée, la Bonne Nouvelle  atteint le sommet du globe et actuellement  l'esprit de son fondateur est bien présent dans 68 pays.

Compléments

Posté par saintsdefrance à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

St THEOPHANE VENARD 1829-1861

 JEAN THEOPHANE VENARD

    Fête fixée au 2 février puis déplacée au 24 novembre, pour coïncider avec celle des autres martyrs du Viêt-Nam

Né à Saint Loup sur Thouret, dans le Poitou, Jean-Théophane est fils d'instituteur.

À 9 ans, gardant la chèvre de la famille et lisant les Annales de la Propagation de la Foi, il s'écrie :

« et moi aussi je veux aller au Tonkin, et moi aussi, je veux être martyr ».

II entre au petit séminaire des Missions Etrangères et est ordonné prêtre à 23 ans.

Il est envoyé en Chine et après 1 an d'attente à Hong-Kong, il est finalement envoyé au Tonkin.

Arrivé clandestinement en 1854, il vit de cache en cache, miné par la tuberculose.

Trahi, il est arrêté le 30 novembre 1860 et enfermé dans une cage en bambou.

De  sa cage, il écrit à son père ces mots :
« Un léger coup de sabre séparera ma tête, comme une fleur printanière que le maître du jardin cueille pour son bon plaisir ».

Conduit à Hanoï, il a la tête tranchée le 2 février 1861.

Thérèse de Lisieux dira en lisant le recueil de lettres de Théophane : « Ce sont mes pensées, mon âme ressemble à la sienne ».

Compléments

 

 

Posté par saintsdefrance à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Vble PAULINE JARICOT 1799-1862

 

PAULINE JARICOT

Née à Lyon, dans une famille d'origine modeste ayant réussi à créer une entreprise  spécialisée dans les soieries, Pauline grandit dans une ambiance profondément chrétienne.

Jeune fille, elle se sait jolie et devient coquette, cherchant à plaire par des toilettes de plus en plus élégantes.

Après une grave maladie et un sermon sur la vanité, elle change de vie, s'habillant comme les pauvres et se mettant à leur service.

Avec de jeunes ouvrières qui prennent le nom de Réparatrices du Cœur de Jésus, elle organise des équipes qui donnent un sou par semaine pour les missions.

Cela va devenir l'Œuvre de la Propagation de la Foi.

Elle fonde aussi le Rosaire Vivant : les quinze mystères sont répartis entre quinze personnes qui en méditent un chaque jour en récitant une dizaine de leur chapelet.

Elle recueille ensuite des fonds pour ouvrir une usine pilote où les ouvrières seraient respectées et où les bénéfices serviraient à des œuvres de charité.

Mais elle est trompée par deux escrocs qui détournent les fonds récoltés à cet effet.

Après ce choc, la santé de Pauline, déjà fort ébranlée, se délabre encore.

Jusqu'à la fin de sa vie, elle se fait mendiante sur les routes de France pour rembourser ceux qui lui avaient fait confiance.

A sa mort, le 9 février 1862, elle a pour tout bagage un certificat d'indigence.

On lui demande un jour comment elle peut résister à tant de douleurs.
Elle a alors cette réponse en montrant Jésus en Croix :

« Je l'ai regardé, je l'ai aimé, je l'ai compris ; c'est pourquoi je pardonne tout ».

Un autre jour, un prélat haut placé reproche à Pauline son désir « de faire un saint du premier venu ».
Elle répond énergiquement :

« Quant à mon désir de faire un saint du premier venu, c'est-à-dire un enfant de Dieu, du dernier d'entre mes frères, je ne saurais m'en repentir ; car c'est le désir de Jésus-Christ lui-même, qui est né, qui a vécu et qui est mort dans la souffrance, afin qu'aucun de ses petits ne périsse !... »

Compléments

 2012 Année jubilaire Pauline Jaricot organisée par les Oeuvres Pontificales Missionnaires voir ici

Posté par saintsdefrance à 22:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


lundi 4 mai 2009

St BENILDE ROMANCON 1805-1862

       

BENILDE                                                          

     Fête le 13 août

Pierre Romançon est né à Thuret, dans le Puy de Dôme, d'une famille d'agriculteurs.

Chétif et atteint de scoliose, il ne va à l'école qu'à l'âge de 11 ans.

Il est très vite le souffre-douleur de ses camarades.

Il devient tête de classe et souhaite entrer au noviciat des Frères des Ecoles Chrétiennes.

Il est refusé à cause de sa petite taille. Il prie beaucoup pour grandir et 2 ans après, il mesure 1m50. Il est enfin accepté chez les Frères sous le nom de Bénilde.

Instituteur, puis directeur de l'école de Saugues dans la Haute Loire, il se dévoue de tout son cœur à sa tâche.

Les plus faibles, les plus pauvres, les plus en retard ont sa préférence.

Il aime les longues promenades dans la nature où tout lui parle de Dieu.

Il a un grand souci des vocations et en 20 ans, plus de 100 de ses élèves se consacrent à Dieu.

Parlant du terrible quotidien assuré par le frère Bénilde, Pie XI a dit :

« La sainteté ne consiste pas à faire des choses extraordinaires, mais des choses communes d'une manière non commune ».

Compléments

Posté par saintsdefrance à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

St MICHEL GARICOITZ 1797-1863

      

MICHEL GARICOÏTZ

                                                          

   Fête le 14 mai

Né à Saint Just, dans le Pays Basque, Michel est l'aîné d'une modeste famille de 6 enfants.

Berger bagarreur et violent, sa mère l'aide à dompter sa nature impulsive.

Il désire devenir prêtre mais sa famille est trop pauvre pour payer ses études.

Un curé le prend dans son presbytère où il assume des tâches domestiques tout en poursuivant des études.

3 ans après, il est envoyé à Bayonne où il rend des services à l'évêché tout en continuant sa formation.

Après son séminaire à Dax, il est ordonné prêtre à  Bayonne à l'âge de 26 ans.

Nommé vicaire de paroisse, il devient professeur de philosophie puis  directeur du grand séminaire de Bétharram.

Marqué par l'esprit des Jésuites, il est amené à fonder les prêtres du Sacré Cœur (Pères de Bétharram) qui ouvrent des écoles ou partent en mission en Amérique Latine, toujours prêts à répondre aux besoins de l'Eglise.

Sa grande piété eucharistique, sa manière de dire la messe touchent profondément les cœurs.

Michel puise sa douceur dans la contemplation de Jésus :

"Que nous prêche notre Seigneur ? La tendresse partout : dans l'Incarnation, la sainte Enfance, la Passion, dans le Sacré-Cœur, sur toute sa personne intérieure et extérieure, dans ses paroles, dans ses regards

Qu'est-ce qui doit constituer le principal caractère de notre vie spirituelle ? La tendresse chrétienne.

Sans cette tendresse, nous ne possèderons jamais cet esprit de générosité avec lequel nous devons servir Dieu … Quel est le don du Saint-Esprit qui a pour objet spécial de conférer cette tendresse ? Le don de Piété.
"

Michel a déclaré un jour : « Sans ma mère, je sens que je serais devenu un scélérat. Après Dieu, c'est à ma mère que je dois ce que je suis ».

Compléments

Posté par saintsdefrance à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 5 mai 2009

Bx JACQUES-DESIRE LAVAL 1803-1864

                                                     JACQUES DESIRE LAVAL

    Fête le  9 septembre

Né à Croth, dans l'Eure, Jacques-Désiré est fils de fermiers.

D'abord médecin, il abandonne son métier pour entrer au séminaire de Saint Sulpice à Paris.

Curé de Pinterville en Normandie, il partage tout son avoir avec les indigents.

Il devient membre de la Société du Cœur de Marie qui se fonde avec celle de la Congrégation des Spiritains.

Il obtient alors de se consacrer aux  70 000 noirs de l'île Maurice, anciens esclaves affranchis par les autorités britanniques en 1838 et considérés comme "bons à rien".

Missionnaire infatigable, pendant 23 ans, il use ses forces à l'évangélisation et à l'amélioration des conditions de vie de ses chers noirs.

Il forme des catéchistes, des visiteuses des malades : des pauvres évangélisateurs des pauvres.

Le 9 septembre, anniversaire de la mort du Père Laval, est jour de fête nationale à l'île Maurice.

Les pèlerins chrétiens, hindous et musulmans, viennent prier sur la tombe du Père Jacques-Désiré.

Compléments

Ste MADELEINE-SOPHIE BARAT 1779-1865

            

MADELEINE SOPHIE BARAT

     Fête le 25 mai

Née à Joigny, en Bourgogne, Madeleine-Sophie est fille d'un tonnelier.

Sur les conseils d'un jésuite, le père Varin, à 21 ans elle se consacre au Sacré Cœur avec 3 amies.

2 ans plus tard, elle devient supérieure de la nouvelle congrégation qui prendra le nom de Congrégation des Dames du Sacré Cœur pour l'éducation des jeunes filles.

Madeleine-Sophie qui avait accepté à contre cœur et par obéissance sa nomination de supérieure, doit gouverner son ordre pendant 63 ans.

Elle envoie en Amérique une de ses sœurs, Philippine Duchesne, pour travailler à l'évangélisation des Amérindiens.
Celle-ci a été canonisée en juillet 1988.

Un jour, un duc vient demander conseil à Madeleine-Sophie qu'il trouve en train de balayer. Scandalisé, il s'écrit : « Que faites vous là, ma bonne Mère ! ».
Et la mère Barat de répondre : « Ce que j'aurais du faire toute ma vie si on m'avait laissée à ma place ! »

Compléments

St LOUIS BEAULIEU 1840-1866

    

LOUIS BEAULIEU                                                             

     Fête le 20 septembre

Né à Langon, en Gironde, Louis ne connaît pas son père décédé avant sa naissance et perd sa mère à l'âge de 19 ans.

A 23 ans, il entre aux Missions Étrangères (Il compose un guide pour les visiteurs de la salle des martyrs du séminaire des missions Etrangères).

Prêtre l'année suivante, il arrive en Corée en mai 1865 après un voyage long et pénible. Il s'adonne immédiatement à l'étude de la langue coréenne.

Plusieurs de ses confrères sont arrêtés. il écrit à des confrères en France: " Pourvu que tous, et moi surtout, sachions prouver au besoin que nous aimons Dieu un peu plus que notre vie".

Arrêté à son tour le 27 février 1866, il est décapité le 8 mars. Il a 26 ans.

Louis fait partie des 103 martyrs en Corée canonisés en 1984. Parmi eux, 10 missionnaires Français des Missions Étrangères sont décapités : Mgr Laurent Imbert, Pierre Maubant, Jacques Chastan, Mgr Siméon Berneux, Just Ranfer de Brétennières, Henri Dorie, Mgr Antoine Daveluy, Martin Luc Huin, Pierre Aumaitre.

Il est à noter que la Corée est le seul pays du monde à s'être évangélisé lui-même.

En effet, l'Eglise de Corée a été fondée par des laïcs Coréens.
Grâce à la lecture d'un livre du Jésuite Mateo Ricci missionnaire en Chine, et d'une Bible, ces laïcs réussissent à envoyer un des leurs en Chine.
Ce messager se fait instruire de la foi chrétienne par les Jésuites de Pékin, reçoit le baptême et de retour chez lui, instruit les siens, leur confère le baptême : la première communauté chrétienne de Corée est née.

Remarque : Le grand élan missionnaire de ce 19èmesiècle permet à l'Evangile de se répandre dans tous les coins du monde, souvent au prix de vies offertes héroïquement.

Compléments

Posté par saintsdefrance à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :